Gad Zukes

5 frères et sœurs pour une pop-rock so british pleine d’énergie !

Samedi 22 octobre Salle de fêtes 20h30

Gad Zukes, ce sont 5 frères et sœurs pour une pop-rock so british pleine d’énergie ! Après avoir évolué séparément pendant une dizaine d’années sur différents projets musicaux, la fratrie créé Gad Zukes en 2014.
Groupe pop-rock aux racines Britanniques et aux influences pop, folk, et punk, Gad Zukes sort son 1er EP “Fight The Silence” en mars 2016 et enchaîne les dates de concert (Bobital l’Armor à Sons 2016, Le Pont du Rock  2017). En 2018, ils reviennent avec un 2ème EP “Anyone Out There ?”  et une tournée dans toute la France.

Plébiscité par le public pour ses compositions énergiques, sa présence scénique et sa bonne humeur communicative, la famille Gad Zukes poursuit sa route et vous réserve de belles surprises pour l’année à venir… !

Gad Zukes sur scène, ce sont les frères James, Francis et Loz en rythmique rock et aux chœurs et les sœurs Lily et Tee au chant.

Sophia Tahi

Nous avons découvert le 20 janvier 2019 en duo avec Pierrick Biffot sur le projet blues « Two Roots ».

Grace à la voix chaleureuse de Sophia, ce fut un des meilleurs concerts de Musikadol. Pour ce concert, hommage à Nina Simone, elle sera accompagnée de 3 musiciens que nous connaissons bien à Dol. Ils ont été les compagnons appréciés de Ronan Guého et de Yannick Papail pour son hommage « Gainsbourg in jazz ». Nul doute qu’il seutont « assurer ».

P

Ley Lek

La Route de la Soie – Spectacle musical autour de la harpe de Mandragore

Dimanche 13 octobre 17 h Salle des fêtes de Mont Dol

Ley-lek est un groupe de musique formé de trois musiciens atypiques. En 2009, Mandragore, harpiste et autrice de BD,parcourt la route de la soie jusqu’en Ouzbékistan dans le butde réaliser une bande-dessinée sur les musiques de la route de la soie.

Adrien Séguy, accordéoniste,parcourt la même route jusqu’en Chine sur les traces de l’ancêtre de son instrument.

En 2016, ces deux musiciens-voyageurs se rencontrent pour la première fois et décident de mettre leurs découvertes musicales en commun. Mahdi M’Kinini, joueur de qanun, les rejoint alors pour créer Ley-Lek, un spectacle musical pour partager ces musiques collectées sur leurs routes de

la soie.

bla bla

Edouard Leys

Pianiste compositeur

Dimanche 1er décembre 16h Centre culturel Odyssée

Bien connu sur la scène jazz rennaise d’ou il est originaire, Edouard Leys développe en trio un style très personnel parfois teinté de gospel et de blues. La carte blanche présentée à Dol est consacrée surtout à des compositions actuelles. Son groupe habituel y bénéficie de la complicité exceptionnelle de 3 invités présents sur son dernier disque: « La ligne jaune ».

Ce sera donc un vrai plaisir d’apprécier le jeu de Malo Mazurié à la trompette et de Mourad Benhhammou, maintenant très pris sur la scène internationale. Les attaches de Malo avec le pays de tinténiac y sont peut être pour quelque chose.

Au Chant: Lyse Cogui, Trompette: Malo Mazurié, Batterie: Mourad Benhammou.

A la contrebasse:Michel Rosciglione.

Après des études au conservatoire de Rennes et à la Maîtrise de Haute Bretagne, Edouard Leys fait un bref passage à l’Université de Rennes II en musicologie. Il se perfectionne à l’instrument auprès du pianiste de jazz Baptiste Trotignon puis à l’Institut Musical de Formation Professionnelle à Salon de Provence avec Mario Stanchev.

Il collabore depuis avec de nombreux artistes. Tantôt sur scène avec Ricky Ford en Big Band (Ze big band), en studio avec Liz Cherhal, en tournée avec Percubaba, Alan Stivell (dont l’Olympia en 2012) et bien d’autres … 

Actuellement il travaille en tant que pianiste, compositeur arrangeur ou réalisateur auprès de nombreux artistes : Marion Rouxin (chanson française), Sonya Pinçon (Gospel), Aïda Diene 4tet pour son «tribute to abbey Lincoln» …

‘Ndiaz

Ce quartet constitué de Yann Le Corre à l’accordéon, Youn Kamm à la trompette, Timothée Le Bour aux saxophones et Jérôme Kerihuel aux tablas et dholak, nous communique son énergie pour nous faire vivre une transe exaltée !

Riche d’une solide expérience acquise dans les festoù-noz, les quatre complices affirment leur conception de la transe avec une musique à danser ouverte sur le monde ; Youn Kamm orientalise sa trompette aux parfums de Liban et de Turquie. Yann Le Corre s’est imprégné de forrò brésilien. Jérôme Kerihuel a perfectionné en Inde sa technique de percussions. Quant à Timothée Le Bour, son saxophone vibre comme un taragot roumain.

Avec la danse en rond pour fondation, les musiquer populaires du Monde comme horizon, et l’improvisation comme ligne de fuite, ‘Ndiaz invente une musique hybride, dépaysée qui serait allée chercher ailleurs le moyen de s’ancrer d »avantage ici.

Two Roots

Duo de Blues

Dimanche 20 janvier 17 h Manoir de la Bégaudière

Commander par carte.

Vidéo et site officiel du duo.

Two Roots: Parce qu’ils sont roots et qu’ils sont deux.

​Enseignant, compositeur, arrangeur, bassiste, guitariste, Pierrick Biffot sillonne les routes de France et de Navarre depuis déjà pas mal de temps. Il ne compte plus les différentes formations et projets auquel il contribue (Caroline Day, Ronan Guého Quartet, Gainsbourg in Jazz, Domique Carré, etc)

Sophia Tahi, chanteuse atypique, autodidacte passionnée de musiques dites « Soul » qui réveille et révèle l’âme, se distingue tout d’abord sur scène avec le groupe « irian », puis en duo piano voix avec « SoBeat » aux couleurs jazz.

C’est lors d’un atelier d’improvisation jazz animé par Pierrick qu’ils se rencontrent, à la suite de quoi Sophia rejoindra l’Ensemble De Jazz Moderne de Brequigny (EJMB) qu’il dirige alors.

Fin 2016, ils décident d’explorer ensemble les confins du Blues, comme il était joué à l’origine dans le sud des états unis, à l’époque ou tout ce que l’on avait pour faire de la musique, c’était une guitare et une voix.

Dans ce duo, le talentueux guitariste peut tout à son aise déployer sa formidable technique et laisser parler son savoir. Et ce sont les battements de coeur de la chanteuse que l’on entend dans chaque note émise par une voix profondément roots.

Fred Ka trio

Afro Braise Blues

Samedi 9 février à partir de 19 h

Salle de Fêtes de Mont Dol

Un concert assis – debout

Commander par carte

L’artiste:

Dès ses débuts, Fred ka refuse les carcans culturels et les frontières imposées. Métis en quête de ses origines, il intègre dans ses compos des influences afro multiples, du blues, groove, reggæ roots aux rythmes du Burundi.

Chanteur à la voix rauque, compositeur multi instrumentiste, il évoque avec rage ou tendresse son amour de l’Afrique.

Fred KA
Chant, guitare, basse, ikembe, harmonica

Rencontre avec Fred Ka (Aurélie Gautier ,Sabine Collas et Annie Le Goff)

Fred Ka est le genre de garçon qu’on écouterait des heures nous raconter ses expériences musicales, Jusqu’au moment où on n’a plus qu’une envie : lui demander de sortir sa guitare et de chanter !

Un papa burundais et une maman mayennaise, une joie de vivre communicative, Fred Ka va vite vous emmener dans son univers métissé.

De ses années d’enfance passées au Burundi entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, il gardera la découverte du piano classique grâce à une professeure flamande qui prenait soin de gâter ses élèves avec des spéculos ! Mais c’est surtout dans ce cœur de l’Afrique qu’il va être marqué par les rythmes traditionnels des tambourinaires et apprendre les bases de la guitare auprès du musicien Canjo Amissi.

Puis, c’est l’adolescence à Laval où, à côté du conservatoire un peu ennuyeux, il va s’essayer au rock avec une bande de copains et s’immerger dans le blues.

Après un passage à Angers où il crée son premier groupe « What’s up », Fred Ka pose ses valises à Rennes pour ses études. Il va y parfaire sa pratique musicale et son goût pour le reggae métissé au sein du collectif l’Elaboratoire. Avec le groupe Boondéli, il va côtoyer Guizmo et le groupe Tryo lors de plusieurs festivals.

Très vite, il écrit ses propres textes et compositions. Il imagine les rythmes, les lignes de basse grâce à l’écoute des groupes dans lesquels il joue.

En 2005, il édite son premier album « Afrique », assurant tous les instruments et arrangements.

Mais Fred Ka n’est pas un homme de solos. Il préfère multiplier les collaborations. Son second album « Terre Sacrée », sorti en 2009 a rassemblé pas moins de 12 musiciens et chanteuses !

Pour se ressourcer, il voyage régulièrement en Afrique de l’Ouest mais la musique le rappelle toujours. Il a ainsi organisé une Karavane artistik en 2010 de Rennes au Burkina Faso avec un passage à l’Elaboratoire, soutien fidèle de ses aventures humaines.

Des accompagnements de chanteurs africains Mandingues, Afro Beat ou funk à son quator Imanalla entre 2012 et 2016, il se laisse porter par son inspiration et ses multiples instruments électriques ou traditionnels comme le fabuleux sanza, dit « piano à pouces ».

Nous pourrions aussi nous attarder sur l’attirance de Fred Ka pour le soufisme, son amour de la nature et des plantes qui soignent mais nous vous proposons plutôt de venir faire voyager vos oreilles le temps d’un apéro concert.

Venez groover avec Monsieur Ka, dont le pseudonyme signifiant « petit » en kiroundi (langue bantou du burundi) symbolise bien la modestie de cet artiste attachant et généreux !